Livre libre

Livre libre


le site de tous les livres

accueil articles > ARTICLES > Romans > Hôtel Pomidan ou l’histoire d’un défi existentiel

Hôtel Pomidan ou l’histoire d’un défi existentiel
Journal d’un Bobo Black
lundi 29 juillet 2013, par SINIG Bienvenue dans Adobe GoLive 6

Raconter un défi existentiel avec un style anomique

Hôtel Pomidan est un roman de 288 pages traversé par plusieurs temps et un seul style : le style anomique qui caractérise l’auteur Samone Ndiaye. C’est à dire écrire en étant raccord avec les dysfonctionnements de la société dans laquelle il vit. Des dysfonctionnements qu’on arrive pas, dans la réalité à gérer, comme par exemple permettre à un ancien combattant de la deuxième guerre mondiale de mourir par défauts de soins dans le village où il s’est retiré. Alors on se refugie dans l’écriture pour gérer ce genre de dysfonctionnement. Mieux on se lance un défi existentiel : le financement d’un hôpital dans ce village où est mort cet ancien tirailleur sénégalais. Le seul moyen trouvé pour relever ce défi existentiel c’est de faire un tableau avec le crâne de Gandhi , le visage de Mandela, la moustache d’Hitler , avec un tronc sous forme de bras d’honneur pointé sur la moustache d’Hitler, le bas-ventre est le cul renversé d’un unijambiste. L’auteur Samone dit que son style anomique lui permet de faire recours dans la construction de son histoire à son imagination non travaillée .Par exemple associer le crâne de Gandhi , le visage de Mandela et la moustache d’Hitler dans un même tableau. Samone écrit , raconte des histoires avec un seul matériau : l’anomie. On se serait tenté de le qualifier d’écrivain anomique. Au regard de l’Hôtel Pomidan, Samone a bien intégré le processus de création porté par le principe suivant : pour créer il faut s’opposer à ce qui existe. De la première ligne à la dernière , Hôtel Pomidan se révèle comme une création originale. J’aurais pu ajouter "déroutante" à création originale. Il se trouve que rien ne devrait être qualifié de "déroutant" dans le domaine de la création. Hôtel Pomidan est composé de plusieurs temps
- le temps de l’appel au défi
- le temps des moyens
- le temps des laps de temps
- le temps de l’échec

Ce qui fascine dans Hôtel Pomidan c’est comment le temps des laps de temps est plus présent que le temps même du défi existentiel. Une présence en mouvement avec des espaces géographiques différents mais tous traversés par l’anomie du présent et du passé . C’est dire que finir le roman avec le temps de l’échec est logique.

Répondre à cet article

6 Messages de forum

Bienvenue dans Adobe GoLive 6

Livre libre
©Livre libre